Ressources sur la sédentarité

La sédentarité ?

= Dépense énergétique inférieure ou égale à la dépense de repos en position assise ou allongée.

Situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique inférieure ou égale à la dépense de repos en position assise ou allongée (1,6 MET) : déplacements en véhicule automobile, position assise sans activité autre, ou à regarder la télévision, la lecture ou l’écriture en position assise, le travail de bureau sur ordinateur, toutes les activités réalisées au repos en position allongée (lire, écrire, converser par téléphone, etc.)

Source : Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail. Actualisation des repères du PNNS – Révisions des repères relatifs à l'activité physique et à la sédentarité. Anses, 2016, p. 584

Sédentarité et activité physique en Europe

72 % des Européens sous-estiment les risques de la sédentarité pour la santé 

En moyenne les Européens passent chaque jour 7h26 en position assise.

Etat des lieux de la sédentarité en France

Evolution de la sédentarité en France

Les chiffres clés sur l'inactivité physique et la sédentarité en France, ONAPS, s.d.

Des comportements sédentaires croissants :

  • Seulement 19,3% des garçons et 26,6% des filles de 6-17 ans passent moins de 2 heures par jour devant un écran, suivant ainsi les recommandations nationales en vigueur.
  • Le respect des recommandations concerne 35% des 6-10 ans, 17% des 11-14 ans et 8% des 15-17 ans.
  • Les enfants et les adolescents passent en moyenne entre 3 et 4 heures par jour devant un écran. Le temps d’écran un jour de weekend est presque le double de celui d’un jour d’école.
  • 80% des adultes passent au moins 3 heures par jour devant un écran hors activité professionnelle.
  • Les adultes passent en moyenne 12 heures par jour assis les jours travaillés, et 9 heures par jour assis les jours non travaillés.
  • 2 jeunes sur 3 présentent un risque sanitaire préoccupant caractérisé par le dépassement simultané des deux seuils sanitaires : plus de 2 heures de temps écran et moins de 60 minutes d’activité physique par jour. Ce pourcentage est supérieur chez les filles que chez les garçons.
  • 1 adulte sur 3 combine un manque d’activité physique et une durée des comportements sédentaires trop importante (24% chez les hommes et 40% chez les femmes)

Etat des lieux de l'activité physique et de la sédentarité en France. Édition 2017, Praznoczy Corinne, Lambert Céline, Pascal Charlotte, Clermont-Ferrand : Observatoire National de l'Activité physique et de la sédentarité, 2017, 130 p.

Ce premier tableau de bord de l’Onaps (Observatoire national de l'activité physique et de la sédentarité) établit un état des lieux de l’activité physique et de la sédentarité en France, à partir de différentes sources dont les baromètres santé de l’Agence nationale Santé Publique France, les enquêtes nationales sur la santé des enfants et adolescents scolarisés de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), l’enquête nationale sur l’obésité et le surpoids ObEpi de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), des données de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) et d’autres. Il présente des données détaillées et cartographiées, au niveau national et territorial sur l'activité physique, la sédentarité, les transports actifs, la pratique sportive, la surcharge pondérale et les différentes pathologies en lien avec l'activité physique et la sédentarité au sein des différentes classes d’âge de la population (enfants, adolescents, jeunes adultes et adultes).

Activité physique et sédentarité dans la population française. Situation en 2014-2016 et évolution depuis 2006-2007, VERDOT Charlotte, SALANAVE Benoît, DESCHAMPS ValérieBEH, n° 15, 2020-06-09, pp. 296-304

En 2014-2016, 71% des hommes et 53% des femmes atteignaient les recommandations de l’OMS en matière d’activité physique. Depuis 2006, le niveau d’activité physique a diminué pour l’ensemble des femmes, alors qu’il a augmenté chez les hommes de 40-54 ans. Chez les enfants, seulement la moitié des garçons et un tiers des filles atteignaient les recommandations, sans évolution depuis 2006. En matière de comportements sédentaires, le temps quotidien passé devant les écrans a fortement augmenté ces dernières années, tant chez les adultes que chez les enfants. Ces résultats rendent compte de niveaux d’activité physique encore faibles et d’une sédentarité élevée dans la population française, ainsi que d’une dégradation quasi-générale de ces indicateurs depuis 2006.


Avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail relatif à l'évaluation des risques liés aux niveaux d'activité physique et de sédentarité des adultes de 18 à 64 ans, hors femmes enceintes et ménopausées, ANSES, 2022-01-18, 113 p.

Les freins à la pratique des Français peu ou non sportifs : des situations hétérogènes , LEFEVRE Brice, RAFFIN Valérie INJEP Analyses et synthèses, n° 52, 2021-11, 4 p.

En 2020, un quart des personnes âgées de 15 ans et plus résidant en France ont peu ou pas pratiqué d’activité physique ou sportive au cours des douze derniers mois (hors période de confinement liée à la crise sanitaire). Ces personnes, des femmes pour près des deux-tiers, sont plus âgées et moins diplômées que la moyenne. Elles citent de nombreux freins les empêchant de davantage pratiquer une activité physique, que l’on peut regrouper en cinq profils, constituant autant de cibles pouvant faire l’objet de politiques circonstanciées : une santé fragile (26 %), des difficultés de sociabilité (21 %), le cumul de contraintes professionnelles, scolaires et familiales (20 %), le désintérêt pour le sport (20 %), et le coût et l’inadéquation de l’offre sportive (13 %).

Marcher et pédaler : les pratiques des français, DataLab Transport, Ministère de la transition écologique, 2021-12, 4 p.

Alors que de nouvelles habitudes de mobilité sont susceptibles d’émerger dans le contexte de la crise sanitaire, l’enquête mobilité des personnes permet de dégager les situations et les profils favorables à l’adoption des modes de déplacement actifs, marche ou vélo. Ainsi, en 2019, 23,9 % des déplacements locaux sont effectués principalement à pied et 2,6 % à vélo. La marche est aussi souvent combinée à d’autres modes de transport, notamment aux transports en commun et à la voiture. Elle est surtout pratiquée par les femmes, les jeunes et les personnes âgées tandis que l’usage du vélo est plus uniforme en termes d’âge mais plus masculin. Enfin, la pratique du vélo apparaît plus sensible aux saisons et au relief que la marche ; elle est également plus importante dans les communes dotées d’infrastructures cyclables.